barjot

Le mariage gay???

En bonne balance j'avais envie de camper la posture confortable du "oui mais..." une attitude zen et suisse à la fois, qui consiste essentiellement à ne pas se mouiller.

Que ceux qui ont le désir de se marier puissent le faire, que ceux qui ont de l'amour à donner à un enfant puissent accomplir leurs desseins. Oui mais... dans le respect de l'éthique, sans violenter nos valeurs. Balance quoi...
Et puis, tous les jours depuis trop de jours elle a envahi ma télé, ma radio, et fatalement ma vie avec sa tignasse peroxydée et sa gouaille de poissonnière. Elle m'a définitivement convaincu, je serai dans le clan des autres. Foi de moi même, quoi que dise la Barjot dont la frigidité me paraît évidente, je penserai le contraire. 
Égérie défraîchie des nuits parisiennes, elle a trouvé dans cette croisade anti mariage gay l'aubaine inespérée du phénix aigri à l'ombre de sa gloire passée (gloire limitée à 2 arrondissements parisiens).D'un point de vue marketing c'est plutôt malin d'avoir choisi cette fausse barrée plutôt qu'une béni oui-oui en col Claudine. Sauf qu'elle est insupportable, si si si il faut le dire, INSUPPORTABLE. 

Elle nous annonce un cataclysme pour LA famille française, la fin de notre monde merveilleux où " un papa, une maman, il n'y a pas mieux pour les enfants". 
Frigide est-elle Maya? Sommes nous assez cons pour avoir peur deux fois de suite en quelques semaines de la fin programmée de notre civilisation? Les pays qui nous entourent sont ils des territoires de débauche et de chao famillial? Sommes nous a ce point lobotomisé pour croire qu'une jupette fluo et un perfecto en faux cuir rendent sa propriétaire "cool"?
Barjot claque le pavé en brandissant ses banderoles parfois naïves, souvent nauséabondes, avec autant de ferveur que lorsqu'elle se trémoussait au Banana Café lors de soirées très très gays... Elle est aussi crédible que Montebourg avec sa marinière (...) Il y a du "moi, moi, moi" chez ces deux là, de l'égocentrisme déguisé en combat.
Échauffée par la figure de proue navrante du camp des anti, le scorpion qui me sert d'ascendant à dévoré les deux plateaux de la balance et reprit les rênes de mon cerveau. 
Je me déclare donc officiellement pour une loi qui permettrait aux homos de s'épouser, et d'être officiellement parents des enfants qu'ils ont déjà et de ceux qu'ils auront ldemain.
Elle est surement formidable cette jolie famille Ricoré où papa aime maman, maman aime papa, et les fruits de leur amour courent autour d'une grande table rustique comme autant de petits blondinets sans morve au nez ou dents cariées. 
Sauf qu'hélas, l'ami Ricoré (avec son pain et ses croissants...) n'a pas dû passer très souvent chez M. Et Mme Dutroux de Charleroi ou M. et Mme Fourniret de Sedan... 
Mes exemples sont un peu extrêmes? Sûrement... 
Suffisants pour que le slogan "un papa, une maman, il n'y a pas mieux pour les enfants" soit réduit à ce qu'il est vraiment: un crachat homophobe habilement dissimulé sous le mouchoir opaque de l'ordre moral. 
Un être aimant et un être aimant, il n'y a pas mieux pour nos enfants... Évidemment.
Hollande devrait à priori garder le cap, les textes de loi évoluer et d'ici quelques semaines nous devrions sauter le pas... 
N'ayez pas peur, chers frigides, frileux, hostiles au changement, nous ne feront alors que marcher dans les pas des Belges, des Hollandais, des Espagnols, des Canadiens, des Sud Africains, des Norvégiens, des Suédois, des Islandais, des Argentins, des Mexicains et des Américains. 
Des nations où les grands méchants gay se sont mariés par milliers, et horreur ont adoptés les enfants destinés aux hétéros comme autant de pains au chocolat volés, n'est ce pas Monsieur Copé ?!
Je crois même que je vais aller marcher le 27 janvier, oui, marcher pour une loi qui est sûre de passer, pour me faire du bien, me rassurer sur ma non frigidité et répondre gayment a l'autre Barjot.
Na!

"Il vient toujours au bon moment, avec son pain et ses croissants, l'ami du petit déjeuner, l'ami Ricoré..."