image

Il m'aura fallu un an de blog pour aller sur ce terrain, mais ce samedi soir me voici toute seule avec ma verveine-miel, les yeux dans les yeux avec TF1.

J'aimerais vous dire l'air blasé que c'est juste un fond sonore, que je suis plongée dans l'intégrale de Nietsche et que je n'ai pas prêté attention au programme télé... Mais la vérité, peu glorieuse je l'admets, est que je suis en train de me faire Miss France, sans cops pour se moquer, sans alcool pour euphoriser, non, juste moi et l'écran pour trois heures de minauderies et 18 ans de souvenirs.

18 ans? Comme l'âge de la plus part des candidates, comme une génération, comme une putain de tranche de vie... Merde, ça y est, je pourrais être leur mère! 

Alors voilà je regarde les miss exécuter leur chorégraphie désuète, dans leurs robes improbables, je souris de leurs sourires tendus comme des strings, je crains pour leurs gambettes hésitantes, en fait je suis à bloc. 

Ben, ouai, je sais, ça ne sert à rien, ça n'est pas vraiment branché, on serait même carrément dans du ringard pur jus,  mais moi j'aime bien. 

Et OUI je les trouve touchantes à vouloir sauver les animaux et souhaiter la paix sur terre. OUI je trouve qu'elles restent dignes, même si, comme le Port-salut, leur provenance est écrite dessus. Je me sens en tous cas plus proche de ce troupeau de bergères qui rêvent de devenir des princesses que de Diana de l'île de la tentation ou Nadège de Secret Story ( je ne sais pas exactement qui elles sont, rien de personnel, j'en sais assez...).

Moi aussi, en regardant ce cheptel 2013, je ne m'empêche pas de railler le strabisme de miss Normandie, ou le rire chevalin de Miss Bretagne. Moi aussi, je pouffe dans mon salon lorsque les 33 oies plus tout à fait blanches singent gauchement l'inimitable Marilyn dans "certains l'aiment chaud".

Je me moque parce que c'est facile, parce que ce défilé de cuissots régionaux sur des airs populaires est un brin lunaire, que cette émission pourtant "rafraîchie" par Endemol, à gardé sa saveur surannée qui fait tout son charme. 

Alors oui, c'est vrai, on peut toujours penser qu'en ces temps chaotiques, l'élection de Miss France résonne terriblement creux dans nos consciences lourdement chargées.  Je suis la première à dire que si ce concours envahissait nos écrans toutes les semaines, je me marteau pilonnerai moi même pour échapper à un tel calvaire.

Mais une fois par an, je trouve ça divertissant. Superficiel, inutile, mais divertissant. Et finalement, c'est déjà beaucoup. 

Bien sur, on aurait pu éviter de programmer ça face au téléthon, avoir la classe de ne pas faire de compèt d'audience durant ce traditionnel week-end de solidarité, mais c'est trop en demander à la 1ère chaîne...

Le temps d'écrire ces quelques lignes et la sentence est tombée, la 66eme Miss France de l'histoire est Bourguignonne: Marine Lorphelin vient de se trouver une famille (un peu facile, mais bon...), et de changer le cours de sa vie sans le savoir encore vraiment. 

Marine, comment te dire... 

Te voici couronnée dans le pays qui a exhibé au bout de pics les têtes de ces derniers monarques (...) Mollo donc...

Tu vas être invitée à toutes ces émissions de télé qu'il y a un mois à peine tu regardais avec tes parents, tu vas inaugurer des dizaines de foires, manifestations sportives, artistiques, salons, événements en tous genres.

Tu vas signer plus d'autographes que Madonna et Lady Gaga réunies, parce que Miss France dit toujours oui... 

Tu vas voyager, chez nous et très loin aussi, tu vas rencontrer en un an plus de monde que la plus part d'entre nous en une vie. 

Tu vas vivre des moments si ridicules que 18 ans plus tard tu en riras encore, et d'autres si incroyables que 18 ans plus tard, ils te bouleverseront toujours. 

Tu viens de devenir la reine d'une France fantaisie, l'emblème à paillettes de l'hexagone de Oui-Oui.  Ne t'excites pas trop, malgré ton jolie minois, et ton écharpe immaculée, tu ne devrais pas, toi non plus, réussir à éradiquer la faim dans le monde. Plus probablement, tu deviendras chroniqueuse télé, épouse de sportif haut niveau ou même les deux. 

Tu me trouves un peu cynique? Peut-être, et pourtant mon regard sur toi, ce que tu représente et ce que tu ne représente pas, crois moi, n'est que bienveillance. Je ne cracherai pas dans cette soupe là.

Amuse toi Marine, profite...

Ne te préoccupe pas des branchés de la mode qui pense que "populaire" est un défaut et "provinciale" un handicap. N'écoute pas non plus les féministes hargneuses qui préfèreront te combattre toi, tes dix huit printemps et ta couronne plutôt que les véritables injustices que subissent encore les femmes en 2013. 

Il manquera Geneviève à ton règne, son chapeau, son humour et son humanité. Dommage. 

Félicitations mon enfant (puisque je pourrais être ta mère). Ne te prend pas trop au sérieux, rien de tout cela ne l'est. Embrasse cette année unique sur la bouche, et sans complexe mets y la langue, puisque tu t'en souviendras toute ta vie, autant que ce soit un vrai baiser.

De la 48eme à la 66eme. 

Carpe diem. Melody.

 

"la beauté est la seule vengeance des femmes." Serge Gainsbourg